mercredi 23 janvier 2013

European Poker Awards

Je sors du métro. Abandonné par mon deux roues, simple voyageur pour la première fois depuis des lustres, j'entre sur les Champs Elysées via la Station George V. En route vers les European Poker Awards. C'est la 12e édition et c'est Poker52 qui régale. Après avoir confirmé ma présence au dernier moment, je rencontre toute l'industrie du poker.fr sur le parvis (comprendre le trottoir) de l'espace Biarritz qui accueille la cérémonie.

Pas véritablement enthousiasmé par l'idée d'être là, je plonge finalement dans la soirée. Pourquoi pondre un post après un long silence ? La soirée a proposé quelques moments sympathiques. 4 coupes de champagnes, un verre de blanc, un autre de rouge et deux jus d'orange plus tard, je me lance donc dans ce post...

Un événement a provoqué mon envie d'écrire. Gloire à Aubin Cazals qui nous a gratifié d'un moment extraordinaire ! La soirée commence donc. Les joueurs aux gains les plus importants remportent un prix pays par pays et Bertrand Grospellier commence la moisson (pour le palmarès complet, @globalpokerindex sur Twitter). Excentré, relégué aux tables des forçats de l'industrie avec les copains, je me réjouis de la non-présence de V. Coren (cf les Twits de l'an passé un peu plus bas). Les Awards s'enchaînent et quelques instants "magiques" aussi.



Je passe les considérations culinaires sur le risotto aux truffes et au parmesan (exactement la même entrée que lors de l'édition précédente) ainsi que la tarte au chocolat et carambar avec son coulis passion (idem même concept que l'an dernier)... Lucille Cailly remporte elle le prix de joueuse de l'année. "On partage déjà le même appartement et je partage bien volontiers ce prix avec toi car tu le mérites tout autant", lance SoMuchB en encaissant son trophée... En English s'il vous plait ! Dans la foulée, elle file donc à la table de sa colloc Gaëlle Baumann... et le photographe de la soirée arrive trop tard pour immortaliser l'étreinte entre deux blondes (on est dans le poker je vous rappelle qu'il y a 90% de mecs). Ce n'est pas le seul événement que la presse poker ne vous racontera jamais ou que les photographes-caméras ont raté lors de la nuit...




Bref alors que l'on se marre bien en retrouvant quelques têtes aperçues ici et là au cours des nombreux déplacements pour les coverages, Davidi Kitai vient encaisser son prix de 2012 GPI Player Of the Year award pour la Belgique ou celui de Best Tournament Performance award pour son succès en Allemagne. Alors que le vainqueur de l'EPT Berlin est salué par la foule et le staff Winamax venu en nombre, c'est le drame ;)

Davidi lève le trophée qui se casse en deux. Heureusement, le photographe a eu le temps de snap (où pas) et le gag fait rire l'assistance qui s'attendait à une soirée plus plan-plan. Peut être d'ailleurs la raison de l'arrivée tardive des représentants MPS et ISPT. Conviés à la table principale, ils réussiront aussi l'exploit de quitter les lieux en premiers... L'amuse bouche aux accents de blague belge est savoureux mais le meilleur est à venir. La vraie raison du post European Poker Awards Epic story inside c'est ce moove audacieux d'un génie : Aubin Cazals. On y reviendra.




Après les  prix de joueur l'année pour les UK, l'Italie, l'Autriche et j'en passe (un bravo pour leur prix à Roberto Romanello et Marvin Rettenmaier au passage), c'est la pause dîner. Le menu n'est donc pas d'un attrait formidable. Sur la scène, Siméon Wolfgang tente de divertir l'assistance... mais on est loin du show made in Vegas ! Le spectacle est en anglais, langue que ne maîtrise vraisemblablement pas le magicien. D'ailleurs, je balance pas, mais le visionnage de quelques séries en VO est nécessaire pour quelques acteurs du poker hexagonal.. Bref le mini-spectacle n'intéresse pas grand monde et ce sont des applaudissements polis qui gratifieront une prestation mitigée. Pedro Canali sera monté sur scène pour faire le cobaye et y gagne un bouteille de champagne. Nous on a juste perdu cinq minutes d'une discussion marrante...

A part ça, Siméon est venu nous faire un peu de magie en close up quand la soirée s'est terminée, que l'espace s'est transformé en boîte de nuit et que, milieu du poker oblige, on retrouvait trois danseurs (dont l'inévitable YoH_Viral déchaîné) et tout le reste au bar ou déjà à la maison car demain faut aller faire semblant de travailler. Bref, sans vouloir enfoncer le poto Siméon, c'était mieux en petit comité. Pendant ce temps là, Kara Scott (affriolante dans sa robe, "mais les genoux cassent le mythe", selon une source proche du dossier) est donc toujours l'hôtesse glamour de la soirée.



La Canadienne speak in english et annonce les nominés pour le prix de Rookie de l'année. Ole Schemion est le premier candidat. Son palmarès de l'année y passe et on se dit que le prix ne peut pas échapper à l'Allemand. Arrive alors le résumé de notre petit frenchy, celui qui nous a fait rêvé en juillet. Ou en juin mais peut importe!

Kara annonce donc qu'Aubin est nominé. A la table voisine de l'autel de la cérémonie, Kzouls bondi de sa chaise et, décontracté, entre sur la scène pour venir chercher le trophée d'un award pas encore décerné. "It's not possible", indique Kara en direction du Toulousain pour lui faire comprendre sa méprise. Aubin tourne donc les talons en mode Laurel et Hardy... sous les vivas de la foule en délire. D'un coup tout le monde est décoincé. Eclats de rires... Dans ma tête je me dis "faceeeeeeeeeeeeeepalm : il faut que je fasse un post sur cette soirée". Horrible non ?

Néanmoins, alors que le prix file bien dans les bras du vainqueur du dernier Partouche Poker Tour de l'histoire, le Français est mort de rire à sa table. Aubin s'entraînait probablement pour aller chercher son prix de meilleur tricolore de l'année 2013 (comprendre celui de l'an prochain, ndlr). Le ridicule ne tue pas mais Aubin va changer de pays. Si Gérard Depardieu va en Russie, Aubin déménagera prochainement à Londres après avoir goûté aux joies de Malte pendant plus d'une année ;)



Après cet épisode comique, le train-train de la cérémonie reprend ses droits. Kara Scott réalise l'exploit de présenter la soirée et de remporter un prix ! Rigged, vous avez dit rigged ?! Dans son discours terminal, Miss Canada oublie finalement de mentionner Poker52 comme co-organisateur de cette soirée incontournable du business poker tricolore et c'est l'heure pour les vainqueurs de se la raconter. Les winners, où leur représentant, sont en effet appelés sur scène pour la photo de groupe finale.

C'est aussi le moment de rentrer à la maison... et de se préparer pour le combo EFOP Diamond 2013 - FPS Deauville - European Poker Tour Deauville !

Que le flop soit avec vous... et surtout la rivière ! Bonne santé et une heureuse année 2013 !










3 commentaires:

lecorback a dit…

Very nice résumé, merki pour ce nouveau moment de plaisir ! A bientôt ++

Stefal a dit…

C'est comme si on y était, merci.

lessims38 a dit…

Yep merki pour le CR et good luck pour ton combo !