mardi 17 août 2010

ACF : La win dans le sunday No Limit

La deuxième quinzaine du mois d'août a été faste. J'ai pu jouer toutes les après midi à l'Aviation Club de France... pour un bon bénéfice.

Pause le samedi et, sous un temps de chien, direction le Cercle Cadet pour tester leur Deepstack de 17h, dimanche 15 août. Des niveaux de 30 minutes, 12000 jetons au départ... ca fait rêver. Moins de 15 courageux à l'heure dite, pas trop. Je prends la tangente direction l'ACF après avoir un peu discuté avec NicoCP95 et Mihol, un gars du Club Poker.

La session débute par une petite heure d'attente et la perte de plusieurs coups. Je finis en négatif, notamment grâce à Jean-Claude Darcheville. Après m'avoir craqué les Dames avec les 3, il nous confiera "avoir des pistes" pour rejouer au football et continuer à "s'entraîner deux fois par jour" pour le côté physique. Fana de poker, Gronaldo traîne très souvent à l'ACF ces derniers temps... je préfère quand il va livrer les grosses tables.

Livraison(s) du chipleader
Sur les coups de 21h30, je décide d'arrêter les frais et de finir la journée par le tournoi du dimanche. La win dans le sunday No Limit, un 150 euros que je débute avec un peu moins de la cave de départ [4000 jetons], c'est maintenant.

J'arrive à une table où un joueur concentre tous les jetons. Il y avait un peu plus de 40 participants au départ. Chipleader en a sauté au moins trois à la table. L'ambiance est détendue [deux filles à la table et un tyran qui remporte tous les coups ?] et après avoir observé Chipleader gagner trois coups de suite, je décide de payer avec 96o quand il fait 400 UTG sur les blindes 100-200. Flop de rêve [96K] et j'ai la position. Il mise fort, je relance à tapis.

Hésitation de Chipleader qui me demande si j'ai fait deux paires. Je rigole, tourne la tête et me cache le visage avec une main histoire de simuler un peu de faiblesse. Il paye, montre KJ et ca va tenir. Je double très rapidement et glane quelques jetons supplémentaires avec une paire de Dames.

C'est l'heure du premier break et nous ne sommes plus que 26. je suis déjà bien au dessus de la moyenne puisque je vole pas mal aussi.

Descente sur les Champs-Elysées pour fumer une clope et profiter du beau temps. Je discute avec un joueur du tournoi et Vanessa qui est assise à la même table que moi. Elle m'explique qu'elle a éliminé deux joueurs avant de perdre beaucoup face à Chipleader dans un pot où elle a relancé flop et turn. Elle a checké rivière et pas osé payer le tapis de chipleader qui a montré un bluff. Pourquoi je vous raconte ca ?

L'information a été précieuse. Alors que nous arrivons en demi-finale, ma table concentre les plus gros tapis du tournoi. Chipleader est toujours là mais il a décliné. J'ai désormais presque 10000 jetons de plus que lui... alors que la moyenne est à 11000 jetons environ.

Le coup clé arrive face à chipleader. Je relance avec KJ à coeur et il paye avec la position. Flop JTX et je mise. Il paye. Le tournant commence à faire peur mais me donne des cartes supplémentaires puisque c'est un Dix de coeur qui m'ouvre le flush draw. Je mise lourd pour stopper le coup mais il paye encore. J'ai peur de JT et AT donc je checke sur une brique qui ne change rien à la rivière. Chipleader annonce alors tapis. Damned !

Ma première intuition est de ne pas le croire. je lui dis clairement qu'il bluffe. Il ne répond rien, se touche la bouche et semble moins à l'aise. J'hésite quand même car je retomberais à la moyenne si je paye tout en perdant le coup. Je repense à la discussion de la pause et la conclusion c'est que le shove de notre ami est du à la faiblesse qu'il a senti dans mon ultime check. Je joue la gagne et paye. Il montre 88 et quitte le tournoi. Je m'envole à 60000 jetons au moins.

Table Finale
Nous ne sommes plus qu'une dizaine et je fais le boulot du gros stack genre je relance avec rien. Souvent. Pas de confrontation avec les shorts, je jette 77 et on me montre TT puis un petit as suité où l'on me montre une paire intermédiaire.

Mais je vais perdre le même type de coup à chaque fois... et me mettre à penser que c'est mort. Je leade à chaque fois avec un As suité et je trouve le tirage quinte et couleur à la turn. Chaque fois ma mise est payée puis suivie d'un tapis adverse après une brique à la rivière.

Pas la peine de se presser, je jette tout de même un peu dégoûté. Dégoûté je le suis clairement quand je perds deux confrontations préflop où je domine largement [AK vs AJ et AT vs T9] puis me retrouve à mettre à tapis le joueur qui a relancé avec les As alors que je n'avais qu'un petit AJs. Les trois coups se déroulent juste après la réunification et le début de la dernière table.

Résultat, je fais une mise à la Alain Layani en relançant très très fort K5o en fin de parole. La grosse blinde me revient dessus pour presque rien de plus et je paye... pour toucher un roi et craquer une paire de dix.

Il y a cinq payés mais j'accepte de rembourser le 6e car il y a un joueur que j'apprécie qui est short stack. Le jeu s'en ressent. Je reste patient et attend le bon moment pour voler et mettre la pression.

Mon voisin de droite me fait presque tilter en limpant deux mains sur trois avant de faire tapis sur le moindre moove adverse mais je contrôle bien la fin du tournoi en le laissant s'envoyer en l'air. Ce joueur tombera face à celui qui sera mon adversaire en Head's Up.

Nous avons le même nombre de jetons et on partage le prizepool en deux... tout en laissant 500 euros à la gagne.

Duel
Le duel final commence sous la direction de Nicolas Fraioli... et cela ne va pas durer même si on commence avec 25BB chacun. Sur la première main, je limpe avec 24o pour voir son niveau d'agressivité. Il checke et je choisi d'agresser plus que lui car depuis le début de la TF, il ne fait plus grand chose. Flop KJ3, je mise un peu et il colle. La turn est un deux, je mise à nouveau et il lâche.

Sur la main suivante, il confirme en limpant sur ma grosse blinde. Je retourne QQ et je mise 4BB. Il paye et le flop est royal... ou presque [T53 tout à coeur]. Je relance et il colle rapidement, avec peu d'entrain.

Tournant, une brique a coeur. Je mise, il shove. C'est payé en une seconde... je retourne mes cartes avec une belle dame de coeur en protection. Il montre air total. No heart. Sans souffrir.

Deux coupes de champagne offertes par la maison, quelques anecdotes de Nicolas Fraioli plus tard, je peux rentrer chez moi. Pas plus heureux que ça mais tout de même content d'avoir gagné.

Pour l'anecdote, le lendemain lundi, j'ai réussi à me hisser à la 5e place [sur 50 joueurs] du tournoi à 50 euros de 14 heures 30.

Bonne fin de semaine puis début prometteur... que le flop soit avec moi jusqu'à Jeudi midi !

6 commentaires:

M.Rik a dit…

C'est bon ça !!!
On en veut encore !!!

Anonyme a dit…

sur le board JTx - T il est obligé de te relancer turn, voir au flop avec tous les tirages qu'il y, si il a un T; ou alors il a JT mais il reste pas bcp de combi vu que tu as deja un J. donc si c'est un nit en face il peut avoir full, mais si c'est un bluffy, il aura souvent que dalle ;)

VGG

loorent.

Ricardoc a dit…

GG Mat' !

Rednoise a dit…

Congratz Matt !!!

D8 a dit…

Bravoss!
C'est sympa la vie parisienne...!

Kof a dit…

Bravo, voilà qui redonne le moral !